Aller au contenu.Aller à la navigation


Suivant: Physionomie de Genève Plus haut: Genève au XVIIIe siècle Précédent: Quelques repères historiques

Repères démographiques

La population de la ville et de la banlieue du XVIIe au XIXe siècle était:

displaymath406

Extrait de: Alfred Perrenoud, La population de Genève, étude démographique. Genève, Jullien, 1979, t.l.

... la ville, qui a fait son plein, étouffe dans ses murs. Témoignages qualitatifs qui ne trompent pas: à partir de 1763, les fréquentes interventions en Conseils à propos de la pénurie des logements et de la hausse des loyers, au point que certains artisans envisagent d'aller s'installer à Carouge. Pour remédier à la <<rareté des logements>>, on construit, partout où cela est encore possible: sur les murs des anciennes fortifications; rue Beauregard, quatre immeubles locatifs sont édifiés en 1774. Mais c'est bien insuffisant et l'année suivante est proposé en Conseil le renouvellement d'un règlement défendant aux étrangers de prendre logement en ville. Mesure xénophobe qui demeure sans suite, <<l'intérêt des fabriques exige certains ménagements à cet égard>>. En fait, à en juger par le mouvement naturel, apparaît dès 1778 un ralentissement sensible, que viennent encore accentuer les troubles politiques de 1781. La décennie qui suit est en palier, elle prélude à l'effondrement de la période révolutionnaire, au reflux des années quatre-vingt-dix, à l'atonie de la période française.



Jean-Bernard ROUX
Collège de Saussure
Messages à: Jean-Bernard Roux