Aller au contenu.Aller à la navigation


Suivant: S'instruire mutuellement Plus haut: La vie d'une société Précédent: Décrire le territoire genevois

Musée et Jardin botanique

A la fin du XVIIIe siècle, les membres de la Société de Physique possèdent les principaux cabinets scientifiques de Genève. Ils se font d'ailleurs un plaisir d'en montrer les plus belles pièces aux visiteurs de marque. A une époque où n'existe pas encore d'institution scientifique digne de ce nom, la possession d'une collection d'histoire naturelle, d'un herbier ou d'un cabinet de physique est une condition indispensable pour se lancer dans une carrière scientifique. Ceci en limite forcément l'accès à des gens fortunés ou ayant beaucoup de loisirs. Aussi l'un des premiers objectifs de la SPHN sera-t-il de créer des collections publiques afin d'amorcer une démocratisation de la science.

En 1792, la Société de Physique fonde un cabinet de minéralogie, que Jurine se charge d'héberger en attendant qu'on lui trouve un emplacement convenable. La Société cherche même à créer un véritable Musée, mais ne parviendra jamais à trouver un local adéquat, en dépit de multiples démarches. Enserrée dans ses rempart, Genève connaissait déjà de sérieux problèmes d'espace! Il faudra finalement attendre 1818 pour que l'Etat accepte d'affecter l'ancien hôtel des Résidents de France à l'installation d'un Musée académique. Prévu à l'origine pour abriter le cabinet Boissier, offert à l'Académie en 1811, il recevra très rapidement les collections des membres de la SPHN, et celles de quelques amateurs de curiosités. Ces collections se trouvent aujourd'hui au Muséum d'Histoire naturelle.

La Société de Physique a eu plus de chance dans sa tentative d'établir un jardin botanique. Dès 1793 en effet, un emplacement lui concédé sur l'ancien bastion Saint-Léger. C'est là notamment que sont menées en 1794 les premières expériences pour acclimater la pomme de terre à Genève. C'est là aussi que seront donnés les premiers cours de botanique et de sciences naturelles jamais organisés dans notre ville.

En 1817, ce petit jardin sera remplacé par celui plus importants des Bastions, grâce à l'action de Candolle.



Suivant: S'instruire mutuellement Plus haut: La vie d'une société Précédent: Décrire le territoire genevois

Jean-Bernard ROUX
Collège de Saussure
Messages à: Jean-Bernard Roux