Aller au contenu.Aller à la navigation


Suivant: La vie d'une société Plus haut: Balade historique Précédent: Savants de l'ère radicale

Savants du début du XXe siècle

Six scientifiques de la première moitié de ce siècle n'ont pas eu besoin d'attendre de longues décennies avant de voir leur nom figurer sur l'une de nos plaques de rues. A une époque où le savoir se développe d'une façon accélérée, ils ont su faire reconnaître leurs mérites au-delà du seul cercle de spécialistes capable de comprendre véritablement leur oeuvre.

Tel est le cas du géologue Louis Duparc (1866-1932), qui prospecta les régions platinifères de l'Oural, ou du zoologiste et généticien Emile Guyénot (1885-1963), qui combattit la notion d'hérédité des caractères acquis au profit de celle de mutations fortuites. Tel est le cas encore du physicien Charles-Eugène Guye (1866-1942), qui de l'aveu même d'Einstein a fourni la meilleure vérification expérimentale de la variation de la masse en fonction de la vitesse, une variation qui était postulée par la théorie de la relativité.

John Briquet (1870-1931), qui fut à l'origine de l'adoption des <<Règles internationales de la Nomenclature botanique>>, nous est plus familier comme fondateur du jardin botanique actuel que comme systématicien ou comme adepte de la biologie florale. Il en va de même pour Eugène Pittard (1867-1962), dont le titre de fondateur du Musée d'ethnographie est sans doute plus évocateur pour le grand public que toutes les recherches qu'il a faites pour développer l'anthropologie (conçue comme la science des variations physiques et physiologiques de l'homme).

Mais au chapitre de la popularité, rien n'a d'égale sans doute celle de l'inventeur. L'un d'eux, François Dussaud (1870-1953) a sans doute bien mérité de Genève pour avoir inventé le pick-up (1896) et le haut-parleur électriques. Il a aussi conçu et réalisé dès 1898 un phonographe électrique qui devait permettre l'apparition du cinéma parlant.

Pour terminer sur ce sujet, on rappellera que c'est aussi à des membres de la SPHN que l'on doit des inventions aussi importantes que le manche balais et la propulsion pour les fusées (Robert Essnault-Pelterie), les cristaux liquides (François Grandjean) ou encore l'araldite (Pierre Castan).

René Sigrist



Suivant: La vie d'une société Plus haut: Balade historique Précédent: Savants de l'ère radicale

Jean-Bernard ROUX
Collège de Saussure
Messages à: Jean-Bernard Roux